• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2016 - 2020

 

Schola et Maîtrise Saint-Etienne

La Grange aux Dîmes

9, rue Molière

18000 BOURGES

Noël en prison


Attaché dans le diocèse à porter aux prisonniers l'espérance, Monseigneur Maillard, Archevêque de Bourges, célèbre chaque année l'office de Noël au sein des centrales de Saint-Maur et du Craquelin à Châteauroux mais aussi à la maison d'arrêt du Bordiot à Bourges.

C'est à l'invitation de l'aumônerie des prisons autour du diacre Paul Tillocher et du Père Thierry Chaudun que des choristes de la cathédrale se joignent à la célébration qui se déroule à Bourges.

Ayant découvert cette année le parcours et la figure de Charles de Foucauld au gré de l'accompagnement de l'aumônerie, les détenus ont vécu un cheminement spirituel aboutissant notamment à cette célébration qui s'est déroulée le mardi 26 décembre autour d'une crèche et rassemblant une trentaine de détenus hommes et femmes.

Au coeur de la détention, les textes de la liturgie de la Nativité s'incarnaient plus profondément encore :

Livre d'Isaïe (chapitre 9, verset 1)

"Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ;

et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi."

Lettre de saint Paul à Tite (chapitre 2,versets 11 à 14)

"Bien-aimé, la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ.

Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien."

Par la liturgie et le chant, les personnes rassemblées ont vécu l'expérience d'un groupe devenant assemblée de prière : apprivoisement des uns et des autres par les étapes et gestes de la liturgie, apaisement de l'assemblée, partage des prières personnelles et ouverture à la dimension universelle de la prière, élargissement et intensification de la voix de l'assemblée, diffusion de la paix du Christ, récitation unie du Notre Père, temps de partage après la liturgie...

Paroles de détenus

"Aujourd’hui, ici même, j’ai vraiment l’impression d’être dépossédé de tout en plus du manque de liberté. Croire en quelque chose, en quelqu’un, en plus de la solidarité des chrétiens et entre détenus me permet de tenir, d’entrevoir des jours meilleurs.

Les blessures sont profondes, je n’ai pas qu’un genou à terre, mais deux genoux à terre. Malgré tout, je fais tout pour relever la tête pour regarder vers le ciel."

"La Fraternité, c’est l’essence naturelle qui fait se rassembler ceux qui sont animés

de la même volonté de se connaître et de s’entraider

au-delà des différences.

La Fraternité est un lien précieux pour l’humanité !!!"

"Aimer,

c’est se dépasser

pour les autres !!!"

"J’ai traversé bien des épreuves. J’ai toujours prié la Vierge Marie et Saint Antoine et Saint Martin pour m’aider à surmonter les obstacles.

Actuellement je suis entrain de surmonter la pire épreuve de ma vie, ici même. Au bout de chaque tunnel, il y a une sortie, une lumière. Oui pour croire, il n’y a pas besoin de preuve de présence de celui en qui on croit. Croire est plus fort que démontrer. Aimer, c’est croire en sa foi !! C’est une adhésion consciente et volontaire, qui fédère en nous une certitude sans avoir besoin de preuve d’amour."

Les textes de l'office de la Nuit de Noël ainsi reçus dans la célébration eucharistique au coeur de la nuit vécue par les détenus ont amené chacun à l'expérience de l'Evangile dont deux extraits prennent une résonance particulière :

Prologue de l'Evangile selon saint Jean (proclamé au soleil levant du matin de Noël) :

"(...) Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître."

Evangile selon saint Matthieu (25, 37-40) :

“(...) Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ?

Tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?

Tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?

Tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?

Tu étais nu, et nous t’avons habillé ?

Tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”

Et le Roi leur répondra :

“Amen, je vous le dis :

chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères,

c’est à moi que vous l’avez fait.”

#Noël #Prière #Prison